Marjolaine Bosch, l’harmonie de la dualité

manamu-marjolaine-bosch-tasse-porcelaine-parme

Contraste de matières, association de textures brutes et délicates, jeux de formes, d’équilibre… La dualité traverse les objets de Marjolaine Bosch pour la table et la maison. La céramiste travaille la porcelaine et la terre du Fuilet, mais aussi l’acier qu’elle forge et associe à plusieurs de ses créations, explorant l’harmonie des oxymores.

Découvrir la sélection de céramiques
en porcelaine et terre du Fuilet

signées par lartiste pour Manamu

Une poésie brute

Issus de recherches personnelles, les blancs de Marjolaine Bosch puisent leurs origines dans la tradition des émaux japonais dits kudo-matto (mat de magnésie). À leur robe douce et satinée, veloutée comme fondante, la céramiste conjugue le contraste de sables qu’elle collecte dans la Loire. Ses objets prennent vie dans cette poésie brute à travers laquelle Marjolaine porte de délicates attentions.

Des contrastes subtils

Sur la porcelaine lisse que la céramiste aime tourner en finesse, ronde et élancée, vibre un geste de couleur. Au blanc, Marjolaine ajoute un parme, un mimosa, dans des dégradés subtilement fondus. Leur tendresse acidulée joue avec la texture, apportant une autre qualité tactile selon que l’émail se fait sage, s’étire ou se suspend. À l’inverse, sur le grès roux de la terre du Fuilet, c’est un dégradé blanc qui s’anime, créant un soyeux spectre de gris. En surface viennent les sables glanés ou des engobes texturés sous émaux pour soutenir les contrastes.

Un jeu d’équilibre

À cet éloge des reliefs et de l’onctuosité, Marjolaine associe une autre dualité lorsqu’elle ajoute l’acier, autre art du feu. Noir et martelé, elle l’utilise pour une anse, ou un repose-doigt, qui dessine une forme volontairement longiligne et audacieuse dans ses proportions. L’acier devient gracile, comme posé en équilibre, dans une sensation de légèreté et de stabilité. Une énergie élégante.

 

Après plusieurs années de formation amateure, Marjolaine Bosch choisit de faire de la céramique son activité principale. Elle formalise alors ses compétences en tournage par un CAP porté par les artistes Grégoire Scalabre et Marie-Astrid Morio. Marjolaine associe déjà la porcelaine et l’acier quand elle décide d’approfondir sa recherche artistique à la Maison de la céramique du Pays de Dieulefit, sous le tutorat des céramistes Benoît Audureau et Stéphanie Martin, ainsi que du ferronnier d’art Julien Cadoret. Marjolaine vit et travaille à Nantes. Elle crée ses objets au tour et forge elle-même l’acier.

 

© Photo & texte Manamu

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Paiement sécurisé
Carte bleue Visa Mastercard Paypal

Livraison rapide et économique
Lettre suivie Mondial Relay
Service client
+33 (0)6 38 78 84 05 10h – 19h
contact@manamu.fr

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

J'ai déjà un compte,